La vitamine D

Cette vitamine n’est en réalité pas une vitamine mais une hormone, néanmoins son assimilation par le métabolisme s’apparentant à celle d’une vitamine, elle est appelée ainsi.

Pourquoi ?

La vitamine D a de multiples rôles, elle sert notamment à la fixation du calcium et du phosphore par l’organisme, et surtout contribue à la fixation du calcium sur les os pour contribuer à leur solidification, cela permet donc de diminuer les risques d’ostéoporose et de rachitisme. Elle contribue aussi à la bonne musculature car permet d’augmenter les capacités musculaires. Elle protège des rhumes et de la grippe et participe au maintien d’un bon système immunitaire.

Les effets secondaires d’une carence en vitamine D ne sont pas toujours immédiats et peuvent par exemple apparaître au moment des premières dents avec l’apparition de caries malgré une hygiène dentaire irréprochable. Cela peut aussi jouer plus tard, à l’adolescence ou bien encore à la ménopause pour les femmes. 

Depuis les années 1980 il a été vu un lien réel entre exposition au soleil et taux de cancers dans certaines zones du globe, ainsi les experts se sont-ils rendu compte qu’il y avait plus de cancers dans les zones les moins ensoleillées, notamment parce que la vitamine d influe sur d’autres hormones comme la progestérone et l’estradiol. 

Elle participe aussi de la santé cérébrale, elle régule les gênes permettant la synthétisation des hormones nécessaires au développement du cerveau, par corrélation elle joue un rôle important dans le développement du fœtus. La vitamine D aussi appelée vitamine du soleil contribue aussi au bien être, en effet un lien direct a été prouvé entre la dépression et l’absence d’ensoleillement dans les pays nordiques comme l’Islande.

Une exposition directe d’une vingtaine de minutes au soleil peut combler les besoins en vitamine D quotidien, mais en fonction de la latitude et des saisons, la qualité de cet apport sera différent et pourra ne pas être suffisant. Ainsi, l’apport en vitamine D par une simple exposition au soleil au niveau de l’équateur tout au long de l’année est suffisant, et plus on s’éloigne de l’équateur pour se rapprocher des pôles et moins le nombre de jours apportant suffisamment de vitamine D par l’ensoleillement est grand.

Une grande partie des besoins en vitamine D est comblée par l’alimentation, mais d’octobre à avril il peut être nécessaire de se supplémenter en fonction de la latitude à laquelle nous vivons.

Pour les nourrissons, l’apport en vitamine D ne pouvant se faire ni par une exposition directe au soleil ni par une alimentation, il est nécessaire de combler en supplémentant les enfants. La vitamine D est une de celles qui passe le moins bien dans le lait maternel, raison pour laquelle les recommandations sont de supplémenter à 1000 ui par jour, à pondérer en fonction de la couleur de la peau, car plus la peau est brune et plus les besoins en vitamine d sont importants. Toutes les préparations commerciales pour nourrisson ne sont pas enrichies en vitamine D, aussi est-il important de vérifier sur la composition de celle-ci.

Par ailleurs, il a été démontré que si la mère se supplémentait à hauteur de 4000 ui par jour, il passait une quantité suffisante de vitamine D dans le lait maternel, et que cette quantité serait optimale si la mère augmentait jusqu’à 6400 ui quotidiens.

Le choix de la vitamine D 

La vitamine D est liposolule, c’est-à-dire soluble dans les graisses et huiles, à ce titre la retrouve-t’on dans de l’huile de qualité variable, néanmoins certaines sont contenues dans des solutions alcooliques. Pour éviter le rancissement de cette huile on y ajoute un anti-oxydant. La vitamine D peut être d’origine animale (lanoline : graisse issue de la laine de mouton) ou végétale (lichen). Celle d’origine végétale semble moins allergène que celle animale. Parfois, certains laboratoires peuvent choisir d’ajouter des substances pour aromatiser cette huile, comme des essences d’agrumes, ces dernières peuvent être mal tolérées par les bébés.

La posologie 

Chaque laboratoire a sa ou ses concentration(s) de vitamine D. La concentration est données en UI (Unité Internationale), cette concentration variant de 80 à 2000 UI par goutte voire plus. Elle peut parfois être donnée en ug, 1 UG = 40 UI.

Le classement 
Sources

https://www.lllfrance.org/1360-da-70-impact-d-une-supplementation-en-vitamine-d-chez-des-meres-allaitantes

https://www.lllfrance.org/vous-informer/fonds-documentaire/dossiers-de-l-allaitement/1549-da-80-importance-vitamine-d

https://www.economie.gouv.fr/files/files/directions_services/dgccrf/securite/produits_alimentaires/Complement_alimentaire/CA_Internet_RS_Nutriments.pdf

https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2013-02/utilite_clinique_du_dosage_de_la_vitamine_d_-_note_de_cadrage.pdf

www.julienvernesson.fr 

Livre : Vitamine D, mode d’emploi du Dr Brigitte Houssin

Rebecca Dubreucq Heuillard